By using our website, you accept our cookie policy. Read more.

skip_to_content
Lire la suite

Le cancer - la maladie la plus étudiée au monde

Découvrez l'histoire derrière l'image de la "communication entre les cellules cancéreuses" et obtenez un aperçu des importants efforts de recherche que le FNR soutient pour lutter contre le cancer, une maladie à l'origine d'un décès sur quatre au Luxembourg.

L'histoire derrière l'image : Comment les cellules cancéreuses communiquent-elles ?

La science a fait d’énormes progrès. Toutefois, de nombreuses questions demeurent sur le chemin de la prévention et de la guérison du cancer. Il existe 100 à 200 types de cancer. Les types de cancer sont généralement nommés d'après les organes ou les tissus dans lesquels ils se développent.

La leucémie est un groupe de cancers du sang qui prennent naissance dans la moelle osseuse et entraînent un nombre élevé de cellules sanguines anormales. Ces cellules sanguines ne sont pas entièrement développées et sont appelées blastes ou cellules leucémiques.

Les exosomes sont des nanovésicules (30 à 150 nm de diamètre), beaucoup plus petites que les cellules, produites par toutes les cellules de l'organisme. Les cellules les utilisent pour envoyer des messages sous forme de matériel biologique. La cellule qui reçoit le message va modifier son comportement en fonction des informations contenues dans l'exosome.

Le cytosquelette est une sorte d'échafaudage présent dans toutes les cellules. Il est constitué de protéines telles que l'actine. Il aide les cellules à garder leur forme, les protège et leur permet de se déplacer, à l'aide de structures flexibles spécifiques. Il facilite le transport à l'intérieur de la cellule, dans un compartiment appelé cytoplasme, en permettant le déplacement des vésicules et des organites, et joue un rôle dans la division cellulaire.


Cette vidéo et l'image ci-dessus ont été capturées avec l'aide du chercheur doctoral Ernesto Gargiulo (CANBIO DTU), en collaboration avec le Dr Céline Hoffman, responsable de l'installation d'imagerie au Luxembourg Institute of Health (LIH).

Quel rôle cela joue-t-il dans la recherche sur le cancer ? Les exosomes des cellules leucémiques favorisent la progression du cancer

Les cellules tumorales utilisent les exosomes pour communiquer avec les cellules environnantes. L'impact de cette communication dépend du type de cancer et des cellules réceptrices. Les chercheurs Jérôme Paggetti et Etienne Moussay du Luxembourg Institute of Health (LIH) dirigent le groupe Tumor-Stroma Interactions (TSI), qui étudie le rôle de cette communication dans la leucémie.

Reprogrammer l'environnement

Les scientifiques ont découvert que les messages - exosomes - envoyés par les cellules leucémiques jouent un rôle clé dans la progression de la maladie : ils reprogramment l'environnement autour de la tumeur de telle sorte qu'il favorise la survie des cellules cancéreuses, empêche le système immunitaire d'agir et contribue donc à la propagation du cancer.

Cette recherche est soutenue conjointement par le FNR et la Fondation Cancer.

Faire la lumière sur la tumeur cérébrale la plus agressive

Les chercheurs en cancérologie du LIH, le professeur Simone Niclou et le docteur Anna Golebiewska, dirigent une équipe de chercheurs qui étudient les tumeurs cérébrales.

Une grande partie du travail du laboratoire de neuro-oncologie NORLUX est axée sur les glioblastomes, la tumeur cérébrale la plus agressive - elle possède des tentacules en forme de doigts qui s'infiltrent dans le cerveau, ce qui la rend très difficile à éliminer complètement.

Un taux de mortalité de 95%

En raison de leur croissance rapide, le pronostic des patients est généralement sombre : Avec un traitement standard (chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie), la survie n'est que de 12 à 15 mois en moyenne, et moins de 5 % des patients survivent plus de cinq ans.

Parmi les personnes célèbres qui sont décédées d'un glioblastome figurent les artistes George Gershwin et François Truffaut, ainsi que le sénateur américain John McCain et Beau Biden, fils du président américain Joe Biden.

Découverte : Les cellules du glioblastome s'adaptent à leur environnement

Ayant travaillé sur des dizaines de projets de recherche, l'équipe a par exemple découvert que les cellules de glioblastome s'adaptent rapidement à leur environnement et transforment leur structure de surface. Des connaissances qui pourraient aider à optimiser les futurs traitements.

Dans un nouveau projet, financé conjointement par le FNR et la Fondation Cancer, l'équipe veut caractériser les différences moléculaires et génétiques entre les tumeurs cérébrales primaires et récurrentes, avant de tester leurs réponses à différents médicaments nouveaux et existants. L'objectif ultime est de disposer d'options de traitement personnalisées pour les patients atteints de gliomes récurrents, pour lesquels les soins standard n'ont pas donné de résultats.

Étudier le microenvironnement du cancer du côlon

Le cancer colorectal (CCR) est l'un des cancers les plus fréquents et les plus mortels au monde, avec 1,2 million de diagnostics et environ 600 000 décès chaque année. Au Luxembourg, le CCR est l'un des cancers les plus meurtriers, tant chez les hommes que chez les femmes. Comme pour les autres cancers, un diagnostic et un traitement précoces augmentent les chances de survie.

Une cause ou une conséquence?

Les chercheurs ont trouvé des preuves que les bactéries de l'intestin sont un facteur important dans le CCR, mais sont-elles une cause ou une conséquence ? Les chercheurs du groupe "Mécanismes moléculaires des maladies" de l'Université du Luxembourg étudient le microenvironnement du cancer du côlon, dans le but de répondre à cette question et de trouver de nouveaux traitements.

Il a été démontré que le mode de vie et les choix alimentaires influencent les bactéries de notre intestin. Dans le cadre d'un nouveau projet, le Dr Elisabeth Letellier et son équipe cherchent à savoir si des changements dans les bactéries pourraient être responsables du déclenchement de la croissance d'une tumeur. Si la réponse est positive, l'objectif est de déterminer avec précision quelle bactérie ou communauté bactérienne participent à ce processus.

L'équipe vérifiera également si différents régimes alimentaires ont un impact sur la progression du cancer, ce qui pourrait contribuer à l'élaboration de recommandations diététiques pour les patients atteints de cancer colorectal.

La recherche d'Elisabeth Letellier est soutenue conjointement par le FNR et la Fondation Cancer.

L'actine comme protection : une barrière empêchant les cellules cancéreuses d'être attaquées ?

Notre corps est incroyable : notre système immunitaire est doté de cellules tueuses qui patrouillent et attaquent les cellules malsaines, comme les cellules cancéreuses. Cependant, les cellules cancéreuses peuvent parfois éviter d'être attaquées, ce qui entraîne une évasion immunitaire et la progression de la maladie. La science veut comprendre les différents facteurs responsables de ce phénomène afin d'élaborer de nouvelles stratégies thérapeutiques visant à restaurer ou à améliorer la capacité des cellules immunitaires à détruire les cellules cancéreuses.

Le groupe "Cytoskeleton and Cancer Progression", dirigé par le Dr Clément Thomas, a découvert que le cytosquelette d'actine joue un rôle essentiel dans l'évasion immunitaire des cellules cancéreuses. Les scientifiques ont montré que lorsque les cellules immunitaires, telles que les cellules tueuses naturelles (NK, pour Natural Killer cells), attaquent les cellules cancéreuses, une accumulation massive d'une protéine appelée actine peut se produire à l'interface entre les deux types de cellules. L'équipe soupçonne que la "réponse actine" agit comme une barrière physique, empêchant la cellule NK de détruire la cellule cancéreuse.

Les chercheurs travaillent sur un projet visant à mieux comprendre ce processus, en se concentrant particulièrement sur le cancer du sein, première cause de décès par cancer chez les femmes au Luxembourg.

CANBIO : Former la prochaine génération de chercheurs sur le cancer

La science a fait de grands progrès dans la compréhension du cancer, mais il faut encore beaucoup de recherches avant de pouvoir vaincre cette maladie. Il est essentiel de former la prochaine génération de scientifiques.

L'unité de formation doctorale (DTU) en biologie du cancer (CANBIO) a pour objectif de réaliser cet objectif, en réunissant 12 équipes de recherche luxembourgeoises de différentes spécialités pour former 18 jeunes scientifiques en biologie du cancer.

En travaillant ensemble, les doctorants étudient les tumeurs au niveau moléculaire, recherchent des biomarqueurs, étudient les raisons pour lesquelles certaines tumeurs deviennent résistantes aux traitements, recherchent de nouvelles façons de traiter le cancer et construisent des modèles informatiques de maladies pour faciliter la recherche translationnelle innovante.

Le point commun de ces approches : Tous les projets gravitent autour de l'objectif de comprendre pourquoi les tumeurs progressent, et pourquoi elles reviennent. Le programme de formation implique le Luxembourg Institute of Health (LIH), l'Université du Luxembourg et le Laboratoire national de santé, en collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux, dont le Centre hospitalier de Luxembourg (CHL), l'Université de Bergen (Norvège) et l'Université de Paris-Saclay (France).

Tous les groupes de recherche présentés sur cette page sont impliqués dans le programme. Le FNR finance la majorité des doctorants du programme par le biais du programme PRIDE.

Téléchargez l'application LetzSCIENCE dans le App/Play Store et rejoignez les cellules T tueuses dans leur chasse aux cellules cancéreuses en réalité augmentée.

Apple /iOS: https://bit.ly/letzSCIENCEiOS

Android: https://bit.ly/letzSCIENCE_android

FNR letzscience cancer research

Partagez cette story#share

Découvrez plus de stories